Ce projet émane d'un groupe de photographes regroupés au sein de l'association "Collectif Noir et Blanc". Pratiquant la photographie depuis de longues années, nous regrettons que les photographies soient très peu vues, les expositions difficiles à organiser (peu de galeries disponibles, expositions itinérantes difficiles à monter), la diffusion dans les revues trop rare, les livres souvent trop chers. Nous éprouvons le besoin d'une diffusion et d'une exposition plus importante permettant grâce au contact direct une sensibilisation d'un plus large public à la photographie.

Pourquoi la photographie et quelle photographie?

La photographie est un moyen d'information puissant et efficace, c'est un langage universel. Tout le monde l'utilise: photographie souvenir, industrielle, d'information, de reportage, politique, conceptuelle, de mode, de pub, ... En tant qu'illustration d'un texte, considérée secondaire elle véhicule tout de même un contenu fort, quelquefois supérieur au texte.
Actuellement la presse utilise de plus en plus la photographie mais pour illustrer un évènement, le risque étant de ne s'intéresser qu'à la photographie "belle", illustrative (principalement en couleur) ou "choc" (exceptionnelle).
Le numérique et internet ont de plus révolutionné la diffusion des images, influant sur l'information. Ne voit t'on pas maintenant de grands médias se servir des photographies ou images d'amateurs prises avec un téléphone mobile?

De tout temps des photographes ont utilisé la photographie pour mener des enquêtes de fond, questionner des faits, des situations et développer des reportages de longue haleine, prenant le temps de la réflexion. Il suffit de penser à la photographie documentaire américaine de Lewis Hine au sein du groupe de la "Farm Security Administration" avec Dorothea Lange et Walker Evans, aux photographes humanistes français Robert Doisneau, Izis, Boubat, ..., aux fondateurs de l'agence Magnum Robert Capa, Henri Cartier Bresson, George Rodger, David Seymour, sans oublier Eugène Smith et son célèbre reportage sur Minamata. Exceptée la photographie humaniste qui montre l'Homme de façon "bienveillante", il s'agit pour la plupart de le présenter dans toute sa réalité sociale et politique, en évitant les images "chocs".

Photographie couleur ou photographie Noir et Blanc?

Nos préférences vont à la photographie Noir et Blanc, suivant en cela Sébastiao Salgado pour qui "le Noir et Blanc est une écriture, une abstraction. Il oblige à transposer, à imaginer des couleurs à partir d'une gamme de gris. Plus on fait sortir de gris dans l'image plus on apporte des couleurs dans l'interprétation. Une personne qui regarde une photographie Noir et Blanc a le droit de l'interpréter à sa façon, il y a une magie". Mais la photographie couleur, peut-être trop "réaliste", trop "vraie", moins "magique" n'est pas exclue pour autant.

L'association "Collectif Noir et Blanc"

"Collectif Noir et Blanc" est une association de photographes pratiquant la photographie sociale ou humaniste. Outre la pratique et la réalisation de photographies, elle entend devenir un lieu de rencontres, d'échanges, de réflexion et de créations de photographies sociales. Cela se concrétise par la réalisation et la diffusion de reportages, expositions et documents photographiques. A travers la puissance évocatrice des photos, il s'agit de susciter une interrogation sur la vie et le travail quotidiens, sur le fonctionnement de la société actuelle.
Les réalisations consistent essentiellement en des photos reportages sur le travail, les mouvements sociaux, ..., en des expositions, des catalogues de photos mais aussi des débats publics.